Exhibit B, le zoo humain 2.0 Imprimer Envoyer

Exhibit B, Zoo humain des temps modernes 


Exhibit B zoo humain 2.0
Depuis 2012, le spectacle Exhibit B tourne en Europe et en Afrique. C'est une installation-performance  qui se compose de douze tableaux vivants qui évoquent l'esclavage, la colonisation, l'immigration. Le processus de déshumanisation est plus puissant que jamais puisque le spectateur est face à un exhibé dont la seule mission est de rester immobile et de dévisager du regard le visiteur avec "force"2 et "puissance"2Brett Bailey, metteur en scène africaner (sud-africain), exhibe des Noirs "locaux". A Amsterdam, ce sont des Noirs d'Amsterdam. A Londres, ce sont des Noirs de Londres. A Paris, ce sont des Noirs de Paris etc.
 
La performance du spectacle ne se situe pas dans le jeu des "acteurs" puisqu'ils sont interchangeables mais dans le dispositif de cette nouvelle déshumanisation. A la fin du spectacle, l'auteur a laissé la parole aux exhibés qui ont la possibilité de s'exprimer par écrit. Ils peuvent expliquer leur démarche et les raisons qui les ont poussé à participer à cette déshumanisation. La dualité des regards entre l'exhibé et le spectateur crée une intensité dérangeante. Tous les visiteurs sont presque unanimes à ce propos mais en quoi change-t-elle le processus de déshumanisation ? Cette mise en scène crée un malaise car il amplifie le processus de déshumanisation.

Exhibit B, une exhibition pseudo-artistique  

 

Avec Brett Bailey, on passe de l'exhibition pseudo-scientifique des Noirs du XIX ème siècle à l'exhibition pseudo-artistique des Noirs du XXI ème siècle. Au nom de l'art, on peut déshumaniser les Noirs sans vergogne aux quatre coins de la planète. Toute la ruse du metteur en scène se trouve dans la structure du spectacle. Ce face à face entre l'exhibé figé, muet et le spectateur est presque pour lui un argument marketing.
 
 Exhibit B exhibition racisteSelon l'auteur, les images du spectacle ne sont pas représentatives de son "oeuvre" car on ne retrouve pas l'interaction des regards exhibé/spectateur. En quoi ce duel de regard entre le visiteur et l'exhibé peut-il dénoncer le racisme ? L'exhibé est soumis aux consignes de Brett Bailey : rester immobile et regarder le spectateur. 

La presse et l'auteur parlent des performances des acteurs et du côté artistique de l’œuvre. Quel est le jeu des acteurs ? Ils sont figés pendant des heures. La vraie performance de ce spectacle c'est celle de Brett Bailey qui réussit à déshumaniser l'homme Noir au XXI ème siècle en laissant croire qu'il n'y a aucune atteinte à la dignité humaine au nom de l'art.

La supercherie de ce spectacle réside dans le caractère pseudo-artistique accolé à ce zoo humain des temps modernes. Compte tenu que l'anthropologie du XIX ème a été totalement discrédité pour légitimer les zoos humains de l'époque, aujourd'hui c'est l'art qui est appelé en renfort pour continuer la besogne.

Brett Bailey, le nouveau Carl Hagenbeck   

 

exhibit b deshumanisation 2014Comme Carl Hagenbeck avant lui, Brett Bailey sillonne le monde avec son zoo humain, son "installation-performance" depuis 2012 partout en Europe, en Afrique bientôt l'Amérique du Sud et l'Australie. Il fait encore mieux que Carl Hagenbeck puisqu'il recrute les exhibés localement. Il emporte son décor avec lui partout puis il met en scène les hommes Noirs qu'il sélectionne sur place.

Si l'objectif de Brett Bailey était de remettre les zoos humains au goût du jour alors la mission est clairement réussie. En revanche la presse fait preuve d'une grande malhonnêteté intellectuelle en persistant à déclarer qu’Exhibit B dénonce le racisme. Contrairement aux zoos humains d'hier, Brett Bailey enlève l'enclos pour moderniser le processus de déshumanisation à travers ses tableaux. On passe du zoos (espaces cloisonnés) aux tableaux vivants : on change le décor mais le fond reste le même. Ce sont toujours les mêmes qui sont exhibés en l’occurrence des Noirs.

L'auteur se veut rassembleur. Mais qui souhaite-il rassembler ? Un public européen ?  Nous ne recherchons pas les motivations de l'auteur, nous analysons sa dite-oeuvre sur des bases objectives. Exhibit B est un spectacle raciste fait par un occidental pour les occidentaux. Annulé à Londres pour éviter un trouble à l'ordre public, le spectacle Exhibit B a été validé par la justice française qui ne perçoit aucune atteinte à la dignité humaine dans cette "oeuvre"L'exhibition de Brett Bailey ne porte aucune atteinte à la dignité humaine puisque dans le paradigme occidental, l'homme Noir ne fait pas partie de la famille humaine. Les exhibés sont exclusivement noirs donc la dignité humaine est préservée.

Les exhibés, sont-ils manipulés ou complices de cette déshumanisation ?   

 

La fourberie de Brett Bailey est de faire croire que ce sont les "acteurs"1 qui racontent à leur communauté dans leur propre ville leur histoire or les exhibés n'ont pas le pouvoir de raconter une histoire puisqu'ils n'ont pas le rang d'êtres humains , ils sont devenus des choses vivantes d'un décor. Les exhibés sont déshumanisés et toujours représentés dans une image fausse et préfabriquée.
 
 conditionnement des exhibés par Brett BAiley
 
Les exhibés sont figés dans leurs corps, ils sont emmurés dans le silence. Le document biographique sur les exhibés disponible à la fin du spectacle ne change strictement rien à ce zoo humain où le processus de déshumanisation est renforcé comme jamais auparavant. Le metteur en scène n'a fait que déplacer l'enclos. Dans Exhibit B, le grillage n'est plus nécessaire puisque l'homme Noir est prisonnier dans son propre corps, l'enclos c'est son corps.
 
Le spectacle Exhibit B est mortifère et l'attitude de Brett Bailey douteuse. Le conditionnement que l'auteur fait subir aux exhibés est à ce sujet assez pervers : ‘Qu’est- ce qui se passe dans votre corps ?  Comment respirez- vous ? Quand quelqu’un vient en face de vous et plonge son regard dans le vôtre, que ressentez-vous ?  Si quelqu’un ne vous regarde pas du tout et que vous commencez à vous sentir mal ou sous-estimé, où le sentez-vous dans votre corps ?  Comment en êtes-vous conscient et comment faites-vous pour relâcher cette tension, cette anxiété ?"[2]

Brett Bailey dit à ses "performers" que "Votre rôle en tant qu’acteur consiste à redonner de la dignité à ceux à qui elle a été retirée. Vous devez avoir un regard fort, puissant, pendant tout le temps de la performance."[2] Comment rendre de la dignité aux exhibés alors qu'ils sont réduits au rang d'objets dans des positions dégradantes. Peu importe l'expérience vécue entre l'exhibé et le spectateur avec ce duel de regards, la situation est toujours la même. Un spectateur libre de ses mouvements qui observe un être humain comme une chose dans un décor préfabriqué. Il s'agit de la même structure que les zoos humains d'antan. Brett Bailey a juste modernisé le concept en retirant le grillage (et encore).

Responsabilité des exhibés

Depuis 2012, l'auteur réussit  à recruter des africains et des afro-descendants pour participer à cette nouvelle déshumanisation de l'homme Noir. On laisse croire aux exhibés que l'exposition n'est pas un processus de déshumanisation mais un processus de réconciliation pire un processus de guérison. Les Noirs exhibés le sont comme leurs ancêtres dans des conditions encore moins enviables et plus humiliantes. Privés de paroles, ils sont contraints et forcés de rester immobiles pendant des heures dans une image avilissante.  Le regard prolongé de l'exhibé crée un malaise, un inconfort mais il ne change strictement rien à la vision raciste offerte par Brett Bailey. Au XIX ème siècle, il existait déjà un échange des regards mais il était libre. Les exhibés pouvaient se déplacer, ils étaient libres de regarder les visiteur ou pas.


zoos humains d'hier


Quand l'homme Noir sortira-t-il enfin de sa cage ?
 

Sources 
[1]https://www.youtube.com/watch?v=EFQYVOjLNco
[2]http://www.lesinrocks.com/2014/12/07/arts-scenes/scenes/brett-bailey-metteur-en-scene-dexhibit-b-voulais-analyser-racisme-xenophobie-notre-epoque-11539817/ interview de Brett Bailey 
[3]http://www.france24.com/fr/20141118-exposition-zoo-humains-noir-colonial-exhibit-b-brett-bailey-paris-culture-racisme-polemique/
[4]http://www.france24.com/fr/20141206-lentretien-brett-bailey-exhibition-b-exposition-centquatre-polemique-racisme/
 

Ajouter votre commentaire

Votre nom:
Commentaire:
  Code de vérification. Lettres minuscules seulement et sans espace.
Code de vérification:
 
 

© 2009-2015 Déshumanisation.com